Style de vie

5 choses à savoir sur le lien entre l’alimentation et la qualité de votre peau

Curieux(se) de connaitre les liens entre l’alimentation et la beauté de votre peau ?

Oui : il existe un lien puissant entre la qualité de la peau et l’alimentation. Par contre, ce lien est à la fois simple… et complexe !

Simple parce que la peau, comme le corps en entier, a besoin d’une variété de nutriments pour un fonctionnement optimal. Ces nutriments, le corps les reçoit par l’entremise de l’alimentation. C’est la raison pour laquelle une alimentation saine et variée contribue à un teint uniforme, une peau lisse, moins de rides et plus de fermeté.
 
Complexe, puisque chaque aliment contient non pas un type de nutriments mais bien une multitude de nutriments - si bien qu’il est pratiquement impossible de prouver, par des résultats cliniques rigoureux, le lien entre la consommation d’épinard et une peau plus ferme par exemple.
 
Oui, nous pouvons mesurer la quantité de vitamine B9 dans une tasse d’épinard, mais il est beaucoup plus complexe de savoir quel part de cette vitamine B9 sera véritablement assimiler par notre corps. Alors savoir quelle proportion de cette vitamine B9 sera dédiée au bon fonctionnement de la peau… Ça reste un mystère, puisque votre corps choisira de consacrer ces précieuses ressources en premier lieu à des organes comme le cœur, les poumons et le cerveau.
 
Par contre, il est assez facile de prédire qu’en cas de carence, votre peau sera le dernier organe servi ! Vous le savez que trop bien, le corps est une machine bien complexe.

Si on vous a promis de dévoiler 5 choses à savoir sur le lien entre l’alimentation et la qualité de votre peau, c’est parce qu’il existe tout de même des certitudes scientifiques (soulagé(es) ?).
 
On vous les dévoile dès maintenant.
  
   

1. Certains nutriments sont stockables, d’autre non

Par exemple, parmi les nombreuses vitamines importantes pour la qualité de la peau, certaines sont hydrosolubles et d’autres sont liposolubles.
La différence ? Votre capacité à les emmagasiner. Les vitamines liposolubles peuvent se dissoudre dans les graisses et donc être stockés au niveau des tissus adipeux.
 
C’est le cas de la vitamine A, D, E et K par exemple.
 
Les vitamines hydrosolubles, comme les vitamines de la famille des B, ainsi que la vitamine C, se dissolvent dans l’eau et sont rapidement éliminés par les urines. Le stockage est donc difficile et il est impératif d’en consommer sur une base quotidienne.
 
Les conséquences sur la qualité de votre peau : puisque tous les nutriments, notamment les vitamines, sont nécessaires pour une peau saine et éclatante, il faut apporter à la peau quotidiennement les nutriments dont elle a besoin. Encore une fois, une alimentation variée est donc la clé, mais vous pouvez aussi la nourrir de l’extérieur grâce à des soins qui contiennent ces mêmes nutriments !

2. Les aliments n’ont pas tous la même valeur pour votre peau

Évidemment, les aliments ultra-transformés n’ont pas le même apport nutritif que des aliments non transformés.
Une fois de temps en temps, il n’y a aucune répercussion à prévoir sur la qualité de la peau. Le problème survient lorsque l’alimentation n’est pas assez riche, saine et équilibré, qu’elle n’est pas suffisamment remplie des bons nutriments ! 

3. Les soins pour la peau sont les seules à pouvoir combler les besoins nutritifs de la peau

Lorsqu’on soupçonne que notre peau manque de vitamines C, par exemple en constatant que notre teint brouillé, quelles sont nos options ?
Le premier réflexe serait d’en consommer davantage dans notre alimentation mais, encore une fois, ce n’est pas si simple, car on sait maintenant que manger un aliment qui contient de la vitamine C ne garantit pas que notre peau y aura accès.

Autre réflexe fait maison : appliquer des rondelles d’orange sur ma peau ou me concocter un masque maison à base de choux de Bruxelles. Encore une fois, même si l’idée semble accessible, simple et ludique, rien de garantie l’assimilation de la vitamine désirée.
 
C’est là que des soins pour la peau bien formulés font une différence. S’il est impossible de traquer le parcours de la vitamine C dans votre métabolisme corporel, on sait qu’en application topique, directement sur la peau, il est tout à fait possible de mesurer l’efficacité et les performances d’un ingrédient.



diet skin regiment affection


4. Certains aliments pourraient aggraver l’état de notre peau

Aucun aliment n’est mauvais pour la peau. Par contre, des études cliniques réalisées sur plusieurs décennies nous indiquent que dans certaines circonstances, des aliments nuisent à la peau.
 
Laissez-nous vous expliquer.
 
Rien n’indique que la consommation de produits laitiers provoque l’acné et les imperfections. Par contre, si la peau grasse et les boutons font déjà partie de votre quotidien, plusieurs études démontrent que le lait et les yogourts peuvent exacerber les problèmes.

En effet, certaines protéines contenues dans les produits laitiers influencent la production d’hormones impliquées dans la surproduction de sébum.
 
Idem pour les rougeurs. Aucune épice ne peut causer la rosacée. Par contre, si vous avez des rougeurs, il y a fort à parier qu’un plat assez relevé accompagné d’un verre de vin rouge compliquera la situation. Donc, si aucun aliment n’est vraiment mauvais pour la peau, il y en a qu’il faut éviter à certains moments !

5. Une bonne alimentation apporte des bénéfices à la peau sur le long terme

Laissez-nous vous présenter le résultat d’une étude menée sur la ménopause :
 
Dans la plupart des pays asiatiques, les femmes ressentent moins les symptômes de la ménopause, autant les symptômes psychologiques que physiques (dont les symptômes cutanés) qu’en Amérique du Nord. Quels sont les symptômes cutanés de la ménopause – pour ceux et celles qui ne connaissent pas ? Sécheresse de la peau, tâches pigmentaires, perte de densité...
 
Ce que l’on constate, c’est que les femmes en Asie ont une consommation de soja bien supérieure à la consommation nord-américaine. Nous savons aussi qu’une femme d’origine asiatique, ayant adopté un régime faible en soja, vivra des symptômes cutanés comparable à une femme nord-américaine.
Bilan : à long terme, la consommation de soja ralentit l’apparition des signes de l’âge dû à la ménopause.
 
Ce qu’il faut retenir, c’est que c’est l’habitude a très long-terme a un effet bénéfique sur la peau. 
Understand your skin

Comprendre votre peau

lire
lifestyle blog image

Style de vie

lire
WEBZINE_COLLANTS_CHAIRS

Médecine esthétique

lire